Sur les traces du Corradongue (le site du livre)

Sur les traces du Corradongue (le site du livre)

Les balades de Solenne

Les balades de Solenne


Tome I: La quête du Corradongue.

Extrait I: Roosmeel&Co



Les quartiers sur Sanctuaire ont la superficie de pays sur d’autres planètes. Plusieurs heures sont nécessaires pour les traverser. C’est le cas des Shourites, quartier qui s’étend sur l’emplacement de l’ancienne capitale de Sanctuaire.

Cérébro-encyclopédie universelle (Première édition PA)

De petits bâtiments de quelques étages entouraient l’astrogare. Les buildings s’élevaient progressivement en gradin en direction des hauts quartiers. Solenne vit au loin les tours qui s’allumaient avec la tombée de la nuit. Ça n’était que les plus petites des grandes tours. On disait que les plus hautes dépassaient les nuages et qu’à leur sommet l’air y était pur. Elles abritaient le siège du gouvernement et de toutes les institutions ainsi que les citoyens nantis. L’opulence et la richesse prenaient leurs places sur la couche supérieure des bâtiments et montaient en même temps que les tours. Les couches intermédiaires accueillaient les classes moyennes et les rebus de la société vivaient dans les étages inférieurs ou dans les tours délabrées. La dernière guerre contre l’Empire avait laissé des cicatrices que les différents gouvernements santhes n’avaient pu réparer faute de moyens. Certaines tours n’étaient plus que des ruines témoins d’un passé resplendissant et révolu.
Solenne s’engagea à travers la forêt de bâtiments.
Elle ne remarqua pas une ombre qui lui emboîtait le pas.
Les abords de l’astroport regorgeaient d’hôtels. Leurs enseignes indiquaient qu’ils étaient quasiment tous vides. La guerre n’était pas bonne pour les affaires. Elle préférait s’éloigner au plus vite du terminal. L’employé du contrôle lui avait donné des frissons et elle ne se sentirait à l’aise qu’une fois loin de cet endroit. Elle s’engagea dans une large avenue perpendiculaire à la place devant le hall. La majorité des véhicules y était composée de grosses boîtes à savon bombées. Il y en avait des jaunes, des rouges, des bleues, toute une flopée de couleurs différentes et très vives. C’était, comme sur Nessus, des taxis privés qui se chargeaient de la clientèle de l’astroport. Sale temps pour eux, les taxis étaient aussi vides que les hôtels et le hall de l’astrogare.
Elle s’arrêta, son subconscient tentait de l’avertir d’un danger. Discrètement elle scruta son entourage. Quelques passants arpentaient les trottoirs sans se soucier d’elle. Elle remarqua un véhicule qui roulait à faible allure le long de la bordure. Elle reprit sa marche. Le véhicule accéléra pour se porter à sa hauteur. Elle se mit à courir lorsque la porte arrière du véhicule s’ouvrit. Un « bonjour » vibrant et aigu retentit.
« Notre compagnie Roosmeel&Co est réputée pour ses transports fiables depuis plus de deux cents ans. Le taux de mortalité de nos déplacements est inférieur à un dix millième de pourcent. Vous pouvez voyager avec nous en toute confiance. Puis-je vous déposer quelque part ? ”
Solenne se sentit rassurée. Comme sur Nessus et Orane, des automates assuraient la conduite des taxis. Ils suivaient la loi impériale obligeant les compagnies à décliner leurs statistiques. Les pourcentages ne voulaient rien dire sans les données sur la compagnie. C’était juste de la poudre aux yeux pour rassurer les clients. Elle jugea qu’elle pouvait se fier à ce vieux tacot. Elle y serait plus en sécurité que seule sur les trottoirs. Elle se pencha vers la porte qui lui était présentée.
« Pouvez-vous me trouver un hôtel dans le quartier Talamis ?
- Je vous recommande l’hôtel Bangaar. Roosmeel&Co est actionnaire de cet hôtel et vous serez reçue avec tous les égards dus à un client Roosmeel&Co. Les tarifs pour nos clients sont très avantageux... ”
Peu importait l’hôtel, elle avait juste besoin d’un endroit où se reposer en sécurité. Elle interrompit l’automate.
« D’accord pour cet hôtel. ”
Les taxis étaient désuets par rapport à ceux de Nessus. Elle s’attendait à ce que les portes se referment automatiquement mais ça n’était pas le cas. Elle tendit le bras vers la poignée. Une main saisit son avant-bras, un homme s’engouffra dans le taxi et projeta Solenne à l’autre bout de la banquette. Il claqua la porte et hurla quelque chose dans une langue qu’elle ne put identifier. Le regard inquiet de l’homme se dirigea vers la vitre arrière du véhicule. Solenne suivit son regard. Plusieurs hommes couraient en direction du taxi. Parmi eux, elle reconnut au moins un des agresseurs du commandant Dessière. Peau d’orange a dû les prévenir de mon arrivée et ici mon « pass » ne me sert à rien !
L’inconnu, très excité, s’adressa à nouveau à l’automate-conducteur, en santhe cette fois !
« Roule chauffeur, roule ! ”
Le véhicule s’inséra dans la circulation. L’accélération projeta Solenne sur le dossier de la banquette. Lorsqu’elle estima que le taxi avait pris assez d’avance par rapport à ses poursuivants, elle tira plusieurs fois sur la poignée de la porte sur laquelle elle était appuyée. Les portes étaient bloquées et le véhicule avait pris trop de vitesse pour qu’elle puisse sauter. Le stupide automate-conducteur continuait de rouler, tout était normal pour lui. Elle maudit la machine incapable de déceler une situation d’urgence. Elle songea qu’un peu moins de Code et un peu plus de bon sens dans certaines machines serait une bonne chose.
Elle se retourna pour faire face à l’intrus. Ce dernier s’enfonça dans les coussins de la banquette. Les rides de son front s’estompèrent. Elle décida que pour l’instant il n’était plus une menace et elle relâcha ses muscles. Il avait remarqué le changement d’attitude de Solenne.
« J’ai un message de la part de la Nietrinne de Sanctuaire.
- La Nietrinne ? Elle sait que je suis là ?
- Elle est sous surveillance permanente. Vous ne devez pas essayer de la voir. C’est trop dangereux. Il sortit un cylindre de sa poche et lui mit dans la main. C’est un rendez-vous avec quelqu’un qui vous aidera. ”
Elle ne voulait pas d’aide, tout ce qu’elle voulait c’était se débarrasser de son colis.
« Je vais vous donner la clé et vous la remettrez à la Nietrinne. ”
Il leva les mains en signe de refus.
« Je ne suis qu’un messager. Ce n’est pas à moi que revient cette tâche !
- Est-ce vous qui me suiviez depuis l’astroport ?
- Ce sont les hommes de Kardi.
- Pourquoi me cherchent-ils ?
- Kardi cherche un agent impérial. Il n’a pas été dupé par la mise en scène à bord de l’Erkaym. Il sait que vous existez et il vous cherche. Les hommes avec lesquels vous vous êtes accrochée appartiennent au ministère de la défense. Cet incident a conduit les soupçons de Kardi vers vous. Ses hommes attendaient que vous vous soyez éloignée de l’astrogare pour agir discrètement.
- Comment savez-vous cela ?
- Nous avons un bon réseau de renseignement.
- Nous les avons semés, … ”
Elle jeta un œil vers l’arrière du taxi
« … n’est-ce pas ?
- Ils ne sont pas très loin. C’est un jeu d’enfant pour eux de retrouver un taxi.
- Comment puis-je savoir si je peux vous faire confiance ?
- Vous n’avez pas le choix. ”
Il regarda vers l’extérieur.
« Nous devons nous séparer maintenant. ”
Il fit un signe de la main en direction de l’automate-chauffeur. Le taxi s’arrêta le long d’un trottoir et la porte s’ouvrit.
« … attendez, j’ai encore des questions …
- Ici, c’est le bon endroit ! ”
Pour la seconde fois, l’homme empoigna Solenne et la jeta hors du véhicule. Il lui lança son sac.
« Débrouillez-vous pour aller à ce rendez-vous.
- Mais… ”
En arrière-fond, le conducteur-robot déclamait sa litanie habituelle.
« … Roosmeel&Co vous remercie de l’avoir choisie. Nous espérons que vous avez fait un agréable voyage et … ”
La porte claqua et le taxi disparut dans la circulation. La pluie tombait à flot et il n’y avait pas d’autre véhicule en vue. Il l’avait larguée dans un coin d’obscurité. Elle leva les yeux sur le panneau qui se trouvait juste au-dessus d’elle. Les inscriptions étaient effacées mais elle reconnut le sigle de l’entrée d’une station de métro.


machine127_nuclearobozar

science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction
science-fiction